Les métiers qui disparaissent dans les entreprises.

busy-2884018_960_720

Les métiers qui disparaissent dans les entreprises.

La secrétaire de direction à quasi disparu du monde de l’entreprise ainsi que la sténo dactylo. On trouve encore des greffier et des greffières dans les tribunaux, après il faut chercher.

Véritables cadres supérieures pour beaucoup d’entre elles (statut souvent non reconnu à l’époque), certaines sont devenues ingénieurs ou chef d’entreprise par la suite.

De nos jours, les conférences sont enregistrées, filmées et plus personne au fond ne recherche vraiment, grâce au numérique, à conserver des traces intégrales type papier à l’issue d’une réunion ou d’une conférence. 

L’entreprise est précaire et elle se précarise de plus en plus. Le patron n’a plus besoin de secrétaire pour lui dicter son courrier, il le fait lui-même devant le clavier de son ordinateur ou mieux encore, grâce aux nouveaux logiciels de secrétariat bureautique, il lui parle à sa machine comme s’il s’agissait d’un être humain, et ce cerveau synthétique écrit mot pour mot ce que son maître  lui dicte. S’il a des collaborateurs, ceux-ci sont d’un niveau équivalent au siens, souvent issus de la même école de commerce.

La secrétaire de direction et la sténo dactylo qui ont été les premières à bénéficier de la formation continue en entreprise auprès du PDG lui-même, alors que ce concept était encore inconnu, ont disparu avec l’arrivée massive de la conjugaison de la crise économique de la moitié des années 80 et de l’intrusion massive de la micro informatique, sans oublier Google traduction et les autres logiciels bureautiques intelligents et tout aussi efficaces qui ont débarqués dix ans plus tard.

Le patron d’hier était très correctement assisté par des personnes de haute confiance dont la secrétaire de direction ou secrétaire tout court à qui il pouvait tout confier et dont les capacités d’analyses lui étaient souvent bien utiles. Il n’était pas rare que sa réussite vienne exclusivement d’elle. 

L’intelligence artificielle massive à tiré vers le bas au début des années 2000 de nombreux emplois et en a créé d’autres, sauf celui des opérateurs de saisie déjà existants et celui des chauffeurs livreurs qui ont connu un regain d’activités avec le commerce en ligne. Ces mêmes chauffeurs livreurs connaissent à présent une rivalité bien étrange avec les drones et bientôt les véhicules pilotés exclusivement par les ordinateurs qui pourraient les conduire à faire autre chose que routiers professionnel.

Xavier Jaffré

xavier-jaffrc3a926

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s